Non, le Qatar ne rachète pas la France

Ce n’est pas nouveau, les Français en général et les journalistes en particulier ont une tendance au catastrophisme particulièrement développée. Dernier exemple en date, le Qatar rachèterait parait-il la France.

Le Qatar, c’est quoi ?

Situé sur la rive sud du golfe Persique, le Qatar est une petite péninsule de 11000 km² à peine, soit l’équivalent de deux gros départements français. Lors du dernier recensement effectué en 2010 on y comptait 1,7 millions d’habitants, dont seulement 200 000 qataris.
La richesse du pays vient de l’exploitation de pétrole depuis les années 1940 et de celle du gaz depuis les années 2000. Le pays pourra compter sur cette manne pendant quelques années encore, puisque les réserves de pétrole sont estimées à plus de 25 milliards de barils (60 ans d’exploitation au rythme actuel de 1.1 millions de baril par jour), et celles de gaz naturel sont parmi les plus importantes au monde.

Qui investit, et dans quoi. 

Le bras armé de la politique d’investissement de l’émirat est la QIA (Qatar Investment Authority). Ce fonds souverain contrôlé de près par le gouvernement est un fonds de taille assez modeste, puisqu’il n’a “que” 100 milliards de dollars d’actifs. A comparer avec le fonds d’Abu Dhabi (875 milliards), celui de Singapour (330 milliards), celui du Koweït (250 milliards) ou même la Caisse des Dépôts et Consignation en France (180 milliards).

On peut à mes yeux distinguer deux types d’investissements du fonds qatari en France.
Premier type, les investissements qui relèvent du soft-power. Le QIA possède 100% du PSG, 100% du Paris-Handball, des hôtels de luxe à Paris et sur la côte d’azur, et 1% de LVMH. S’ils sont très médiatisés, ces rachats ne sont pas pour autant particulièrement importants. La puissance de la France se trouve-t-elle diminuée du fait qu’un pays étranger possède le club de foot de la capitale ou l’hôtel Martinez à Cannes. Je ne le crois pas.

Second type d’investissement, ceux dans de grandes entreprises nationales ou européennes : 12% de Lagardère, 6% d’EADS ou encore 2% de Total. Dans ce cas là, la question peut se poser, mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est que toutes les parties profitent de ces montées au capital. Pour le Qatar, cela permet d’être associé à la croissance d’entreprises dont il est client ou partenaire. Cela permet de faire revenir dans le pays une petite partie des très importantes sommes investies dans l’effort de défense ou dans l’exploitation des ressources en hydrocarbures. Pour les entreprises, cela a l’avantage de pérenniser les accords commerciaux, et donc de favoriser les exportations. Alors que le marché de l’armement est devenu un marché vendeur, il est très important pour les entreprises du secteur de sécuriser leurs marchés. Favoriser les prises de participation des clients est une manière de le faire.

Du calme

En économie comme ailleurs, il faut se méfier des effets d’optique. Les médias se sont emparés d’un phénomène qui apparemment intéresse ou inquiète les Français et lui ont donné une importance hors de proportion. Il faut remettre les choses en perspective. Les investissements du Qatar en France sont des IDE (investissements directs étrangers) comme les autres et témoignent de l’attractivité de la France pour les capitaux venus d’ailleurs. Ils sont un atout pour notre économie et notre croissance, pas un danger !

Pour clore ce billet je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec les débats qui agitaient la fin des années 1980, quand, rappelez-vous, on croyait que le Japon allait “racheter le monde” et la France. Amusant avec le recul, non ? A bon entendeur….

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone
Cet article a été publié dans international avec les mots-clefs : , , . Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

3 commentaires

  1. Eric
    Le 7 juillet 2012 à 21 h 13 min | Permalien

    Bonjour et bravo,

    enfin un billet qui présente le Qatar et ses investissements comme devraient le faire les « journalistes »…!
    Ce qui est choquant, c’est quant les américains rachètent une fortune le groupe Taittinger, personne ne trouve cela problèmatique.
    Mais quand le Qatar rachète quelques hôtels aux américains (Starwood Capital), le Qatar « rachète » la France.
    Si les journalistes faisaient juste normalement leur travail, on achèterait plus de journaux!
    Bien à vous et continuer à écrire, c’est un plaisir de vous lire.
    Eric B.

    • jitai
      Le 9 juillet 2012 à 11 h 14 min | Permalien

      Merci pour vos encouragements,
      au plaisir de vous revoir ici :)

  2. Le 25 septembre 2012 à 21 h 28 min | Permalien

    Vous oubliez de dire que le Qatar a un énorme défault :celui d’être un pays musulman.
    C’est ce qui nous dérange .S’ils avaient été catholique on s’en contre-ficherait ….
    ça en dit long sur le climat qui règne en France .
    On déteste les musulmans qu’ils soient riche ou pauvre .

    Merçi pour ce billet qui remet les choses à leur plaçe !

Répondre à jitai

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>